Réponse au communiqué du Parti Socialiste du 21 avril 2017

Nous allons commencer par dénoncer le manque de courtoisie que représente cette tribune. En effet, l’heure à laquelle elle a été publiée ne nous laisse pas suffisamment de temps pour rédiger une réelle réponse. Votre tribune s’oppose donc à un des principes mêmes de la démocratie : le débat.

Nous allons donc faire ce qui est en notre possible pour vous répondre tout de même. Vous prétendez que l’objectif de Jean-Luc Mélenchon est d’arriver avec des propositions inacceptables, pour pouvoir “claquer la porte” sans passer pour fautif. C’est oublier le fonctionnement même d’une négociation. Les différents partis arrivent toujours avec des exigences élevées dans une négociation, c’est la moindre des choses pour avoir de la marge de manoeuvre et pouvoir, justement, négocier. Les revendications énoncées par le plan A ne sont pas inacceptables, comme a pu l’expliquer à de nombreuses reprises la France Insoumise en montrant non seulement pourquoi ces revendications étaient nécessaires, mais aussi et surtout en quoi elles étaient possibles et acceptables pour tous nos partenaires européens, jusqu’à l’Allemagne. Mais, plus important, vous oubliez que la décision finale reviendra au peuple français. Comment Jean-Luc Mélenchon pourrait-il alors “claquer la porte” ?

Mais nous souhaiterions surtout revenir sur votre seconde partie. Vous semblez critiquer la part de la dépense publique dans le PIB. Nous avons donc une solution pour vous. Supprimez totalement la sécurité sociale, et vous verrez, la part de la dépense publique dans le PIB chutera drastiquement ! Génial non ? Bref. Certains Etats, probablement parmi vos modèles en matière de dépenses publiques, ont fait le choix d’un service de santé réduit à peau de chagrin, avec les effets que l’on connaît sur la dépense des ménages, notamment concernant les assurances privées. (http://observateurocde.org/news/fullstory.php/aid/2611/Les_d_E9penses_de_sant_E9_aux__C9tats-Unis.html) ; réduire la dépense publique en France dans ce secteur aurait-il un effet inconnu propre à dynamiser l’économie du pays ? Si vous avez trouvé un moyen, il est regrettable que vous n’ayez pas eu le temps de l’appliquer durant le quinquennat qui s'achève.

Le paragraphe suivant est une magnifique démonstration du sophisme de la pente glissante. Les conséquences que vous prévoyez d’une augmentation de la dépense publique sont tellement caricaturales qu’elles en deviennent ridicules. La peur panique d’une inflation incontrôlée qu’ont les allemands n’est absolument pas rationnelle dans une économie où la croissance est faible. Calmez-vous et prenez donc une bonne petite tisane !

Vous finissez par prétendre que les français voteraient pour Jean-Luc Mélenchon car ils auraient été “séduits”, autant le dire franchement, dupés. Nous n’avons plus le temps de nous attarder pour expliquer les mécanismes économiques (https://blogs.mediapart.fr/jacques-milan/blog/190417/le-programme-economique-de-melenchon-un-programme-keynesien-et-ecologique-0). Le programme “l’avenir en commun” (https://laec.fr/) est cependant appuyé par un comité concerté de 134 économistes (http://www.liberation.fr/elections-presidentielle-legislatives-2017/2017/04/18/pour-une-politique-economique-serieuse-et-a-la-hauteur-des-enjeux-votons-melenchon_1563456). Le balayer d’un revers de la main en le qualifiant de “non réaliste” nous semble donc non seulement simpliste, mais presque insultant.

Nous nous permettons d’insister à nouveau sur le caractère malhonnête de votre tribune. Publier un contenu à ce point caricatural à l’argumentation - disons légère - si peu de temps avant la fin officielle de la campagne n’est pas acceptable d’un point de vue démocratique.

Travail collaboratif du Discord des insoumis (discord.insoumis.online), comme la multitude de projets sur lesquels nous travaillons pour la campagne sur Internet de la France Insoumise.

Jean-Luc Mélenchon et l’équipe de campagne de la France Insoumise ne sont pas responsables des initiatives du Discord des insoumis et n’ont pas participé à l’écriture de cette tribune.

Commentaires

Comments powered by Disqus